Quand le cœur de Marrakech bat au rythme de l’écologie

En se dotant de bus 100 % électriques à zéro émission de carbone, Marrakech se veut un modèle de première ville écologique et durable aux niveaux national et continental.

26

En renforçant son réseau de transport urbain par une flotte de bus entièrement électriques, Marrakech gagne son pari de conforter sa place, à l’échelle nationale, en tant que cité modèle en matière écologique et du développement durable en s’engageant résolument dans la voie de l’économie verte.

Lancée le 28 septembre 2017, cette initiative écologique qui constitue le plus important fait marquant de cette année, est une concrétisation d’une recommandation de la Convention des Parties Prenantes à la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP22), tenue du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech et permettant à la ville de se positionner dans le rang des grandes métropoles « éco-friendly ».

En se dotant de bus 100 % électriques à zéro émission de carbone, la cité ocre est entrée de plain-pied dans une nouvelle ère du transport public et se veut un modèle de première ville écologique et durable aux niveaux national et continental.

Ce projet novateur, qui a pu rendre la mobilité urbaine de la cité plus accessible, plus sécurisée et plus écologique, a nécessité un montant global de 25 millions de dirhams, financé par le Conseil de la région de Marrakech-Safi, la Commune urbaine de Marrakech et le Fonds d’accompagnement des réformes du transport.

D’une longueur de 18 mètres, la première ligne de ces « Tram-Bus » est actuellement opérationnelle parcourant le boulevard Hassan II en reliant Bab Doukalla au quartier Al Massira via Hay Hassani et Gueliz, alors que la seconde ligne devra relier les quartiers M’Hamid et le centre-ville via, le couloir réservé à cette fin au niveau du boulevard « Guemassa ».

Doté des abribus éclairés à l’énergie solaire, l’itinéraire de ces bus a été équipé de signalisations lumineuses intelligentes au niveau des carrefours routiers, outre la mise en place de barrières de protection des usagers dans les stations qui leurs sont réservées.

« Le nouveau bus électrique est un moyen sûr et rapide pour arriver à temps à sa destination », a souligné Hajar, une jeune responsable dans une institution hôtelière à Marrakech.

« Bien que les stations soient réduites à 4 pour un si long trajet, sa voie spécifique lui facilite la tâche. Mais, ce n’est pas le cas pour les automobilistes qui le privent de son feu vert », a-t-elle regretté.

Equipés de 5 caméras internes et des équipements mis à la disposition des personnes aux besoins spécifiques, ces « Tram-bus » sont alimentés via une station de production d’énergie solaire installée à l’entrée de la ville, au niveau de la zone jouxtant le périmètre urbain dans la circonscription de Menara, et le début du territoire de compétence de la commune de Saâda.

« Ce moyen de transport, qui a été accueilli avec une grande satisfaction par les Marrakchis, offre un confort et des prestations de services de qualité, dignes des attentes des habitants de la cité ocre », s’est réjoui Ibrahim, l’un des chauffeurs de ces bus électriques.

« Archicomble pendant les heures de pointe », ce nouveau bus présente une particularité d’accessibilité facile aux personnes à besoins spécifiques, a-t-il précisé, notant que 6 bus assurent, actuellement, un déplacement fluide, rapide et en toute sécurité des citoyens de 6h00 du matin à 22H00 du soir.

En renforçant prochainement ce réseau par d’autres lignes et par 8 autres stations de bus sur tout le long du trajet de la première ligne, ce mode de transport connaîtra, sans doute, un engouement plus important de la part de tous les citoyens, a-t-il assuré, plaidant pour une vigilance des piétons et une meilleure adaptabilité des usagers de la route à ce nouveau moyen de transport pour éviter le risque des accidents.

Considérée comme pionnière en matière de gestion exemplaire de la mobilité urbaine, Marrakech a réussi la transition écologique de son parc de bus en s’engageant dans une démarche visant à apporter des solutions aux problèmes dont souffre la ville en matière d’encombrement des principales artères, de pollution d’air et de difficultés d’accessibilité urbaine.

Certes, ce projet pilote visant à faire de la cité rouge une ville intelligente, verte et propre, assure un transport 100 % vert de nature à protéger l’environnement, lutter contre les émissions de carbone en périmètre urbain et apporter des solutions appropriées à la question de la fluidité des mouvements, de la sécurité des usagers et de la qualité de vie.

Toutefois, des défis restent à relever quant à l’extension de ces « Tram-Bus » pour sillonner les principaux quartiers et artères de la ville de Marrakech qui connaissent une population très importante, ainsi qu’au renforcement du trajet des bus par plusieurs stations favorisant un recours facile et profitable à tous, sachant que la ville connaît une forte densité du trafic marqué, notamment, par une hausse des usagers des deux roues.

Avec La Map

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.