Portrait : Khadija El Bourkadi, une femme de projets au service de la société civile.

167

L’engagement de la présidente du Rotary-club Majorelle Marrakech, coach, formatrice et consultante en management et RH auprès des jeunes, de l’entreprenariat à la culture : une promesse vers la réussite.  Marrakchie d’adoption, ses origines sont de Fès : des villes impériales pour un parcours qui ne l’est pas moins !

UNE FORMATION PLURIELLE, TEMOIN D’OUVERTURE ET D’HUMANITE.

Des études universitaires de littérature anglaise, deux enfants, un garçon et une fille, vont se conjuguer avec l’obtention des diplômes. Jeune mère et étudiante, Khadija mènera de front les deux rôles avec l’allant qui la caractérise. Pourtant la fermeture inopinée des portes du troisième cycle semble mettre un coup d’arrêt à ses études : la jeune femme cherche alors du travail.

Au hasard de courses au supermarché, un déclic vint bouleverser ses projets et relancer ses envies de formation : sa maman, dans un cri venant du cœur, s’offusque de la différence entre les prix affichés qui ne tiennent pas compte de la TVA et les prix réels facturés ! Cette réaction d’indignation génère une prise de conscience et inspire l’orientation vers le monde économique et un diplôme de finance et gestion des entreprises. Entre-temps, agenda bien rempli oblige, sa maîtrise de l’anglais lui permet d’obtenir un poste d’assistante au sein du département financier d’un hôtel cinq étoiles appartenant à une chaîne américaine. S’offrent alors à elle des formations croisées par le biais de remplacements au sein de l’entreprise : des opportunités qu’elle ne manque pas de saisir au vol.

En 2006, au sein de la même chaîne d’hôtel, Khadija est nommée directrice financière adjointe à Marrakech ce qui décide de son installation dans la ville ocre : elle est alors missionnée pour reformater le domaine financier. La monnaie de la pièce est un rythme soutenu : pas moins de 14 h par jour dans cette entreprise américaine !

Puis nouvelle évolution, un master en management des ressources humaines lui permet une promotion dans le département ressources humaines en tant que directrice de formation et de qualité : Khadija retrouve ses premières ‘’amours’’, l’enseignement allié au domaine de la formation. Durant dix ans,  elle enchaîne alors les postes de direction : de directrice financière adjointe à la formation et à  la qualité, à l’innovation opérationnelle. Elle endosse finalement la responsabilité de directrice des ressources humaines, mission de transition de l’administration de personnel vers une vraie fonction de ressources humaines. Cette restructuration est alors récompensée par un prix de meilleur directeur des ressources humaines en 2013 désigné par le président de la chaîne, puis par une promotion de coordinatrice régionale des ressources humaines des hôtels du nord de l’Afrique.

L’ENTREPRENARIAT COMME PROJET, L’ASSOCIATIF COMME VALEUR.

En 2015, Khadija s’inscrit à un cycle de coaching à l’école Hassania des travaux publics afin d’obtenir un diplôme d’expert master coach. Cette nouvelle compétence conjuguée à son expérience lui permet de lancer son entreprise : coach, elle enseigne le management et la gestion de projet, avec pour outil, le développement des soft kills à l’université.

Cette reconversion professionnelle se veut résolument tournée vers la jeunesse, l’accompagnement, la formation et le conseil. Ainsi relève-t-elle le défi de former une jeunesse marocaine à la fois performante techniquement et sensible à la culture et à l’environnement, une jeunesse conjuguant tous les aspects du développement humain.

Une telle personnalité ne peut qu’être engagée dans la vie associative : le Rotary Majorelle Marrakech ne s’est pas trompé en choisissant sa présidente 2016-2017.   Khadija est également  à l’origine de la fondation du Rotary New génération en 2010, elle en a assuré les fonctions de présidente en 2012-2013 : son objectif était, en réunissant  jeunes cadres et entrepreneurs, de rendre le Rotary plus proche de la jeunesse. Elle est aussi membre du CJD section Marrakech- responsable de la commission Start 16-17, Mentor certifié auprès de l’ambassade de l’UK  et ex vice-présidente AGEF Marrakech.

UNE PRESIDENTE AU SERVICE DE LA JEUNESSE, SENSIBLE AU MONDE RURAL.

Khadija a fait sienne la devise rotarienne ‘’servir d’abord’’ qui prend toute sa dimension lorsqu’elle se tourne vers les jeunes et le monde rural. En faveur du monde rural, les actions-phare du Rotary Majorelle Marrakech visent à lutter contre l’échec scolaire par l’instauration d’unités préscolaires, à permettre l’accès à l’eau potable à tous en améliorant le réseau d’adduction d’eau, à organiser en partenariat avec le Rotarac des campagnes de don du sang, à mettre en place des caravanes médicales pluridisciplinaires pratiquant dépistages, extractions de dents, soins dermatologiques…

 Et puis  il y a  ce que notre professionnelle humaniste appelle ‘’servir autrement’’ ou mettre au service des jeunes ses propres compétences afin d’établir le lien avec l’entreprenariat.  Cet esprit a trouvé son plein épanouissement lors des ‘’journées de l’action professionnelle’’ : le Rotary Marrakech Majorelle, avec le Rotarac GEC Marrakech Majorelle, était alors hôte de la manifestation organisée par le Rotary Club Maroc : l’emploi des jeunes fut la priorité, l’entreprenariat fut la solution privilégiée. Le 25 et 26 mars 2017 firent la part belle à l’entraide générationnelle et à la tradition culturelle. Ainsi allier qualités humaines et compétences techniques est sans doute le secret de cette femme qui n’oublie jamais de se mettre au service des autres ce qui lui a valu le prix du president’s award récompensant le meilleur DRH de la  région Afrique et oceans indiens en 2013 et le trophée Meilleur Green Belt, best GB en 2010.

Cela semble bien être ce projet d’un monde plus harmonieux qui se soucie d’un développement durable alliant développement économique, humain et environnemental qui soit au centre des actions professionnelle, associative  et caritative de Khadija el Bourkadi, une femme de terrain comme elle se définit elle-même et… de cœur avant tout.

Catherine Peybernès

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.