Marrakech pour un vert “écologique et durable”

23

Marrakech, à l’instar des grandes métropoles touristiques du monde, subit de plein fouet les effets des changements climatiques. C’est pourquoi la Cité ocre fut parmi les premières villes africaines à adhérer à la prise de conscience environnementale.

 La ville hôte de la COP 22, durant laquelle le Royaume a contribué à asseoir les rudiments et les règles de base requis afin de rendre opérationnel l’Accord de Paris, n’a épargné aucun effort pour “se hisser au rang des métropoles durables” et ce depuis l’adoption de “la Declarationde Marrakech”.

 Les rues de la ville étaient autrefois pleines de motos, taxis et voitures rendant le trafic de la cité encombré au point que Marrakech s’est vue ornée de nombreux qualificatifs (pollution, sécurité routière, gaz à effet de serre …) qui sont autant de preuves de la congestion urbaine actuelle et de l’expansion de l’automobile, tant de maux environnementaux et sociaux mettant à mal la cité ocre.

 C’est dans ce cadre, et étant donné l’extrême vulnérabilité conférée à notre pays par sa position géographique et la diversité de ses écosystèmes, Marrakech a mis en place un projet de vélos en libre-service dans le cadre d’une large initiative de verdissement de la ville visant la promotion d’une mobilité sobre en carbone.

 Le projet qui regroupe 300 vélos répartis sur 10 stations a été initié par le Secrétariat d’Etat chargé du Développement durable, la Commune urbaine de Marrakech et l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel en partenariat avec la société “Medina bike”.

 Le projet labellisé COP22 est en parfait alignement avec l’enjeu 7 de la Stratégie nationale de développement durable (SNDD), relatif à la transition vers une économie verte à bas carbone et engageant les villes à réduire de leur empreinte en carbone dans les secteurs du transport par le “développement d’une mobilité urbaine durable”.

 Par ailleurs, c’est la société française de vélos “Smoove” qui a été chargée de fournir ces bicyclettes de nouvelle génération. Après avoir lancé plusieurs programmes de vélos en libre-service à Helsinki, Chicago, Moscou et Vancouver, la société a choisi pour destination la ville rouge après avoir remporté un appel d’offres de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel pour le lancement de ce projet.

Les 300 vélos répartis sur une dizaine de sites de la ville comme l’emblématique mosquée de la Koutoubia ou le jardin botanique “Majorelle” ont été soumis à une grille tarifaire incluant la facilitation de l’utilisation de ces vélos à toutes les tranches de la société, notamment les étudiants, touristes internes et externes, fonctionnaires et citoyens à faible revenu.

 Plusieurs modalités de paiement ont été adoptées, dont le paiement à la carte ou au niveau des stations de location ainsi que par des cartes prépayées en vente dans les kiosques.

 Les dizaines de stations sont opérationnelles 24h/24 et 7j/7 à la disposition des citoyens de la ville dans le dessein de réussir l’intégration systématique de Marrakech dans son adaptation aux changements climatiques.

 Médina Bike venue dans le souci écologique visant la réduction de la congestion et la pollution atmosphérique à travers des moyens de transport simples et alternatifs se veut aujourd’hui la première station de vélo de libre-service en Afrique et constitue une première étape de l’expansion de ce projet vers d’autres villes marocaines et africaines, où le vélo semble le moyen le plus approprié pour freiner la congestion urbaine.

 A coté de Médina Bike s’ajoutent d’autres projets importants initiés par la ville, tels la station de Biogaz de Marrakech qui tente l’aventure de réduire la facture énergétique relative à l’éclairage public de cité ocre de 8 MDH par an, le Centre d’élimination et de valorisation des déchets ménagers et assimilés qui permettra le tri et la valorisation de 1000 tonnes de déchets par jour et contribuera aussi à la diminution de la facture énergétique relative à l’éclairage de la ville et autres projets d’envergures qui sont en cours de réalisation.

 Le Maroc semble déterminé à poursuivre ses efforts pour jeter les bases institutionnelles et législatives solides pour le succès de son “pari environnemental” élaboré grâce à la Vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI et à la lumière de l’adoption de la Stratégie nationale de développement durable (SNDD) et de l’organisation de la COP 22.

Avec la Map

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.