Maroc Vert aux couleurs de la Doukkala

62

La stratégie Maroc Vert se déploit à  Doukkala avec un programme de reconversion des systémes d’irrigation inscrit au titre du Programme National d’Economie d’Eau en Irrigation (PNEEI) Il. C’est l’ossature du Plan Maroc Vert et du Plan Agricole Régional, dit Mohamed Ouakka, directeur de la direction régionale d’agriculture (DRA) Doukkala-Abda. Ce programme  prévoit d’une part la reconversion d’une superficie totale de 89.700 Ha répartie en 39.500 Ha en reconversion collective dont la réalisation est initiée par les pouvoirs publics à travers la réalisation des équipements externes.

Le reste soit  50.200 Ha sont prévus en reconversion individuelle dont la réalisation réside dans l’initiative propre des agriculteurs  moyennant un accompagnement de financement à travers les subventions du Fond de Développement Agricole (FDA) La réalisation du programme est prévue sur une période allant de 2008 à 2020 pour un coût global s’élevant à  5,300 Milliards DH y compris les équipements internes qui sont à la charge des agriculteurs dans le cadre du FDA. Concernant la reconversion collective, le lancement a porté sur une première tranche s’étendant sur une superficie de 11.816 ha. Cette superficie est répartie d’une part sur 1.100 Ha déjà réalisée au niveau du secteur de Boulaouane dans le cadre d’un partenariat avec l’ORMVAD, l’Agence du bassin d’Oum Erbia et l’association des usagers d’eau agricole (l’AUEA) Boulaouane. Et d’autre part, sur 10.700 ha lancés en 2011 dans le cadre d’une tranche financée par la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement.

 Des réseaux à l’intérieur des exploitations agricoles

Le coût total de cette dernière tranche en cours d’exécution s’élève à 795 Millions DH. Il est prévu la réalisation de deux stations de pompage, le renforcement de trois autres existantes et la réalisation de cinq stations de filtration principales. Il est aussi projeté la mise en place de réseaux de conduites sur une longueur totale de 350 Km. Ainsi que l’installation de prises d’irrigation individuelles équipées de compteurs d’eau, d’organes de régulation, de matériel de filtration secondaire et des réseaux d’irrigation à l’intérieur des exploitations agricoles. En plus des réalisations physiques, il est prévu un accompagnement des agriculteurs et de leurs partenaires en vue d’un meilleur accès aux technologies, au financement et aux marchés à travers notamment le processus d’agrégation. Les résultats escomptés du projet sont notamment l’amélioration de l’efficience de l’irrigation de 50 à 90 %  et de permettre une valeur ajoutée nette de 160 millions DH par an

19,5 milliards DH pour 96 projets agricoles

Dans son ensemble, le Plan agricole régional a délimité 96 projets pour un investissement global de l’ordre de 10,5 milliards de DH. Il est réparti entre deux grands piliers (P1 et P2). Le premier compte 83 projets. Il concerne l’agriculture avec des projets d’investissement privés. Le P2, avec 13 projets donc, est dénommé «agriculture solidaire». Il y est question d’opérations d’épierrage, de remembrements, de plantations et de différentes actions sociales. Concernant la production végétale, 65 projets ont été retenus contre 31 pour celle animale. Il est prévu la réduction des superficies dédiées aux céréales à l’horizon 2020 avec parallèlement l’augmentation de la production de 78%. Les terrains réservés aux céréales passeront ainsi de 349.300 ha à 228.900 ha. La production augmentera grâce à l’amélioration des apports techniques avec la participation des différents acteurs locaux comme les CAM (Coopératives agricoles marocaines), les multiplicateurs de semences ou la Sonacos (Société nationale de commercialisation des semences.

Plan de sauvegarde de la zone Chtouka

L’extension des superficies fourragères pour le bétail est au programme. Le levier préconisé est l’amélioration de la race des génisses et des systèmes d’alimentation. L’objectif est de faire passer le nombre de génisses de race pure de 28% actuellement à plus de 50%. Les impacts prévus par les différents plans de développement agricole sont estimés positivement. Selon les études, la valeur ajoutée qui est de 4,1 milliards de DH, valeur d’aujourd’hui, passera à 8,1 milliards de DH avec une variation de 112%. En matière d’emploi, la situation présente passera (selon les projections) de 15,8 millions de journées de travail à 25,9 millions (soit une augmentation de 64%). Par ailleurs, les projets potentiels de P1 et P2 seront accompagnés par la mise en œuvre d’autres actions à caractère transversal. La sauvegarde de la zone de Chtouka au nord de la ville d’El Jadida par la mobilisation des eaux d’irrigation à partir d’Oued Oum Er-Rabiî pour l’irrigation de 3000 ha entre dans ce cadre. Les études sont actuellement en cours de lancement, explique Ouakka.

Nasrallah Belkhayate

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.